lundi 16 avril 2018

livre doux pour Clara Rose

Petite nièce n°18 vient de pointer son nez, l'idée de cadeau de naissance était toute trouvée en imitant ce que je venais de faire pour une autre mignonne !

Et même, j'ai poussé le manque d'imagination jusqu'à faire quasiment les mêmes pages, chaque fois que j'avais encore les matériaux nécessaires en réserve.
Allez, jouons au jeu des 7 différences !


La première, c'est bien sûr le prénom de la demoiselle, mais aussi le fait de l'avoir brodé cette fois à la main. J'ai été un peu déçue du rendu de la broderie machine l'autre fois : je pense que j'avais coupé le tissu support trop petit et il s'est déformé en brodant, j'aurais pu faire mieux en utilisant un cercle à broder, bref cette fois j'ai choisi de broder moins mais mieux : à la main !


Ensuite, la page de couverture est composée comme celle du précédent livre, malgré un tissu de fond et des rubans différents. J'ai trouvé une astuce pour un biais mieux fini autour des pages : j'ai coupé les angles et fait un arrondi à la pose, ça rend mieux. Idem pour la partie reliure, j'ai mieux réussi à gérer le haut et le bas.
Ma page de couverture a l'air difforme, mais c'est que la suivante comporte du volume qui modifie le rendu de la première quand l'ensemble est fermé.


Vous reconnaissez la page de la glace (crochet, bulgomme, cuir et cornet en tissu nervuré). La page voisine est faite à partir d'un carré de tissu imprimé enfantin, sur lequel j'ai réhaussé les motifs (ou ajouté) de petits éléments en relief : la tête de lapin provient d'un attache-tétine n'ayant jamais servi chez nous, le noeud d'une barrette cassée, la carotte ... je ne sais plus d'où ! Tout est solidement cousu à la machine, qui n'a pas bronché sur les épaisseurs, en laissant de petites parties en relief.
La page contient aussi, bien caché entre les épaisseurs, un grelot qui sonne quand on tourne la page.


Pour la suite, encore du réchauffé : champignon magique et soleil à rubans ! Sous le chapeau du champignon se cache un petit lapin aux oreilles en relief aussi, en plus des franges à caresser.
Le coeur du soleil est en toile cirée, pour varier les textures.


Revoilà les fleurs au crochet et le poisson qui bulle dans son aquarium de plastique !


Et pour finir, le "célèbre" mouton à caresser, et la page fait aussi du bruit quand on la froisse grâce à une feuille d'emballage plastique glissée dedans.


Et les bonbons ?? Je les ai trouvés bien photogéniques (à défaut d'être sans reproches au niveau alimentaire !) et dignes d'accompagner les couleurs du livre !


Pour retrouver mes autres livres cousus :

samedi 7 avril 2018

Arum étoilée

Est-ce la vieillesse maturité ? Moi qui n'avais jamais porté de vêtements noirs, voilà au fil des ans que mes pièces sombres se multiplient - elles ne sont pas mes favorites en tant que telles, mais je leur reconnais une portabilité dont je ne ressentais pas le besoin avant !
Après donc les gilets et pantalons noirs, voici la fameuse petite robe noire.


Celle-ci porte absolument bien son nom puisque, à voir les photos de la robe portée, j'ai pu constater ce que je n'avais pas perçu "en live" : elle est franchement courte ! Mais je la porterai malgré tout avec plaisir et des collants (!), ce que les photos ci-dessous n'illustrent pas (=flemme + journée printanière).


Quant au qualificatif de noir, il est nuancé par l'ajout d'un petit détail qui à la saison des fêtes aura toute sa place. Ces étoiles en flex thermocollé (merci Emilie !) finissent la robe, sans faire non plus trop trop festif, à mon humble avis.


On notera sur la photo de détail que j'ai fini l'encolure au biais, contrairement à la proposition du patron qui était une parementure - je n'aime pas ça du tout, ça rebique toujours et c'est casse-pied à couper et finir proprement.

Les petites étoiles me plaisaient bien, j'en ai donc mis aussi un peu au dos, pour une touche de fantaisie supplémentaire.



Et hop, dans la foulée, photo portée de dos : ce patron, que la plupart des habituées de la couture blogosphérique auront reconnu, est donc la robe Arum de Deer&Doe - encore une petite merveille de patronage typique de la marque, tant la couture est simple et efficace et le rendu flatteur.



Elle est un peu moins flatteuse de profil peut-être, mais c'est dû à ma morphologie et à ma posture sur la photo : elle ressemble un peu à un sac à patate ici, mais en réalité elle suit bien la cambrure donc le tombé est moins droit derrière que devant.


 Bref, je suis bien contente de ma petite robe noire multifonction, qui peut faire fête ou "quotidien amélioré" !


Pour résumer : 
patron Arum Deer&Doe
taille 40 pour un 38-40 du commerce
jersey lourd style milano, un peu extensible mais ferme
version longue raccourcie ensuite de 5cm (soit la version courte à peu près ?)

mardi 3 avril 2018

sac à tarte maxipatchwork !

Toujours pas lassée de piocher dans mon bac à chutes, et un peu envieuse du sac à tarte cousu pour Julie, je me suis fait le mien !

Et comme il est pour moi, je ne me suis donnée aucune limite aux couleurs !!


Chaque face est en patchwork, et composée de 4 carrés à dominante colorée différente : bleu / vert / jaune / rouge.


Alors oui, ça m'a pris pas mal de temps, mais ç'a été mon plaisir des vacances d'hiver que ces multiples réalisations en chutes de tissu colorées !
Comme chaque face est en patchwork, l'ensemble est relativement épais, comme matelassé.


J'ai modifié la fixation des liens par rapport aux tutos trouvables sur internet : au lieu que les liens soient cousus de façon visible sur une des faces, tout est pris dans la couture (voir première ou dernière photo) et l'ensemble est du coup totalement réversible.


Encore un petit bain de couleurs pour la route ?! Miam !!


mercredi 28 mars 2018

artjournal 2018 #3

Et revoilà les pages diverses et variées de mon cahier ... Toujours aucun fil directeur, toujours plein de couleurs, toujours beaucoup de peinture acrylique ... j'y suis un peu obligée pour cacher le fond d'écritures du livre original ! Mais j'apprécie, cela me permet d'explorer cette technique-là.

Comme la dernière fois, je vous propose mes pages et quelques liens lorsqu'il y a une inspiration particulière ...

un peu de Bicocacolors, un peu de ce mobile qui tourne sous mes yeux à la maison ...
acrylique, feutre fin blanc Uniball Signo, feutre fin noir VBall Pilot
(une astuce : pour tracer tous mes ronds bien ronds au départ, j'ai utilisé un bouchon en plastique, trempé dans de la peinture versée sur une assiette)

cette photo de lupins ...
-acrylique, aquarelle, crayons aquarellables-
je suis très contente d'avoir exploré une nouvelle façon de rendre ces fleurs si particulières,
au-delà de la fidélité à la photo d'origine (les verts ne sont pas vraiment les mêmes)

la dame-oignon, comme m'a dit n°4 ! juste une image que j'ai eue en tête comme ça ...
acrylique et feutres Posca

envie de retranscrire cette photo de magazine (à droite de l'image ci-dessus) ...
acrylique, collage d'écriture japonaise, impression au tampon

d'après "l'oeil" de MC Escher, et inspirée par Julie Fei-Fan Balzer
fond : collage, gesso, impression aux tampons
dessin : feutres gris-noir Pigma Micron et Pitt FaberCastell et blancs UniBall Signo et Artline Paintmarker

pour cette page, j'avais envie de partir d'une photo de personnage (publicité) et de l'intégrer à autre chose ... peut-être parce que dessiner des corps et visages humains m'est difficile ?!
Bref, une fois ce buste de femme collé, j'ai prolongé de façon tout à fait surréaliste,
mais j'aime bien (ne cherchez pas à recoller les 2 coquilles, les découpes ne sont pas bien étudiées !)

acrylique, collage, crayons Derwent Drawing, feutre Artline Paintmarker

inspirations de départ : une image de pomme qui me plaisait + une photo prise au musée du Jouet (Moirans-en-Montagne, Jura) d'une montgolfière-jouet.
Pour l'occasion, j'ai cherché des pistes pour peindre des nuages (tutos sur Youtube !).
Acrylique, collage, crayon de couleur, lettrage au feutre PittFaberCastell



Tout cela est très décousu, mais chaque page est finalement l'occasion d'apprendre à dessiner ou peindre une nouvelle texture ; à mettre en lien des idées entre elles. Bref, je me régale. 

A bientôt pour la prochaine série !

vendredi 23 mars 2018

des pochettes patchwork en folie !

Prise par le virus du patchwork fou, j'ai pris pour prétexte le rhabillage de mon matériel de peinture et dessin et un voyage futur ... Vous avez vu la trousse à crayons presque roulée, voici 2 autres pochettes.

La première est partie du besoin de transporter un minimum de matériel de dessin pour un voyage scolaire -pendant lequel je prévoyais des temps morts (qui n'ont pas vraiment eu lieu !) puisque je retournais pour la 4e fois aux mêmes endroits.


Des endroits que j'adore, sauf (je fais ma chichiteuse !) le parc d'attraction ... J'aurais aimé passer mon tour cette année pour le spectacle d'otaries et aller dessiner dans un coin plus nature du parc !

La première face de la pochette est issue d'un carré de carrés, fait il y a longtemps et pas utilisé, encadré par des bandelettes coupées dans une vieille jupe.


La deuxième face n'a en commun que les couleurs ! Les pois sont récupérés sur un ancien vêtement, le jaune est une chute, et les moutons appliqués sont de petits clins d'oeil donnés par une copine !
Et tout ça mis ensemble forme ma pochette fofolle pour un petit carnet, une boite d'aquarelle et un pinceau !


La deuxième pochette est destinée aux documents à garder à portée de main pendant le voyage : carte d'embarquement, carte d'identité, etc.


Revoilà des morceaux de la jupe grise à carreaux, revoilà des chutes en folie ...


Je suis toute contente de mes pochettes uniques !
(et, je dois vous détromper, mon tas de chutes ne semble pas avoir baissé d'un poil !)


mardi 20 mars 2018

défi gravure mars-avril 2018


Pour ce deuxième bimestre de notre défi gravure, notre gentille organisatrice nous a trouvé une citation à illustrer qui appelle le printemps : "Créer un jardin, c'est croire en l'avenir".

Encore une phrase qui pourrait donner lieu à un millier de palabres ... mais je n'ai rebondi que sur le mot jardin pour l'illustrer d'une belle feuille qui est un peu mon obsession du moment.


[Obsession du moment, ça veut dire qu'après avoir lu un article jardinage sur les Monstera, je me suis dit que c'était une bien belle plante que j'adopterais volontiers, et puis après, dès que j'en vois dans une maison ou même chez le médecin, je me dis que vraiment vraiment, c'est une biiiien belle plante ! Mais quelques temps plus tard, je passerai certainement à autre chose ... !]

Bref, après avoir pris plaisir à peindre cette grosse feuille sur mon cahier, en faisant des dégradés de vert qui ne se voient pas du tout sur la photo, d'ailleurs ; je me suis dit que ce serait très simplement mon tampon du défi !


J'ai gravé 2 tampons car j'avais dans l'idée d'imprimer avec de la peinture acrylique et je pensais que la gomme traditionnelle n'irait pas très bien pour cet usage. Donc après une première feuille en gomme normale (en bas) j'ai gravé l'autre feuille en pseudo lino. En fait, la peinture acrylique ne convient pas du tout à l'impression, ça sèche à peine étalé sur le tampon !
Bon, du coup, ça me fait 2 tampons un peu différents sur le même thème pour imprimer des feuilles plus variées :


Ma page n'est pas très nette car j'ai imprimé sur un papier népalais avec du relief, qui comportait des touches d'encres assez visibles et qui ont un peu pris le pas sur la couleur de mes encres pâlichonnes ... mais j'aime bien cette page !

Mon tampon flèche géométrique m'a servi aussi pour le pot, j'ai découpé un pochoir en papier à l'intérieur duquel j'ai tamponné.

Bilan : racheter des encreurs verts, quand même !



vendredi 16 mars 2018

trousse presque roulée en crazy patchwork

Comme je vous le disais en vous montrant le sac à tarte en patchwork, cette technique est vraiment plaisante ; ça a un petit côté magique de créer une surface uniquement avec des chutes inutilisables autrement !

Du coup, j'ai succombé à mon envie de coudre en folie pour réaliser diverses trousses et pochettes plus ou moins nécessaires !


Voici d'abord ce qui devait être une trousse roulée, dans ce genre-là. Sauf que j'ai voulu améliorer divers détails, et ce faisant, j'ai perdu en souplesse de la trousse, donc elle ne peut que se plier en 2 ! Ce qui n'est pas si gênant en fin de compte.


Au niveau des "améliorations" que je voulais apporter, il y a donc les rabats en haut et en bas, pour protéger les mines des crayons d'une part, et empêcher les crayons de tomber. Ce qui était d'ailleurs impossible tant mon élastique central est cousu serré !


Je voulais un élastique central et non une poche à rainures comme sur le modèle dont je vous ai mis le lien ci-dessus, pour mieux voir les crayons et leur couleur, y compris quand ils seront devenus très petits : sinon ils se perdraient au fond d'une poche !


Enfin, mes rabats sont pris dans les coutures de montage pour plus de netteté, et lorsque la trousse est ouverte, je peux replier le rabat vers l'arrière : les bouts de crayons colorés et les références apparaissent clairement !


Les 2 faces de cette trousse sont faites en patchwork de chutes ; l'élastique central -pris dans du tissu- est prélevé sur un vieux drap-housse ; et la lanière qui sert à fermer l'ensemble est l'unique morceau rescapé lorsque j'ai mis mon sac à main chéri au rebut.
Rien de neuf, que des souvenirs !! Et mes crayons sont bien à l'abri !


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...