vendredi 16 août 2019

le retour du sacake

Comme elle pensait du bien de mon sac à cake cousu dernièrement, je ne suis pas allée chercher plus loin comme idée cadeau pour son anniversaire, en réponse à son propre cadeau d'autant plus apprécié qu'il était absolument inattendu !

et en plus, c'est tellement pratique de coudre un truc pour la 2e fois !
ça se fait les yeux fermés !

le bouton parfait n'existant pas, j'ai coloré au vernis à ongles un bouton métallique ...
espérons qu'il durera ??

même tissu intérieur que le mien,
avec en prime le gâteau, cette fois ! (aux premières mûres de la saison)



mardi 13 août 2019

le pantalon maudit ! (pantacourt Alibour)

Je pourrai dire que si j'ai gagné des cheveux blancs cet été, ce n'est pas parce que j'ai eu un an de plus mais bien à cause de ce fichu pantalon ! 

le top est fait maison et détaillé ici

J'avais le livre depuis longtemps, et l'envie de coudre ce pantacourt depuis le début, mais ... coudre un nouveau patron de pantalon, c'est toujours un peu une aventure ! C'est LE vêtement par excellence qui mérite ajustements, et qui peut tout aussi bien ne jamais tomber correctement sur soi. En plus, je n'ai pas trouvé beaucoup de pantalons cousus avec ce patron sur internet, histoire de se faire une idée des morphologies adaptées au modèle ou pas ...


Il s'agit donc du pantacourt Alibour du livre de Viviane Sentilhes Couture pour femmes (vous avez vu dans l'article lié ?! C'était déjà le pantacourt que j'avais mis à l'honneur en première photo de l'article !). De ce livre, j'ai déjà cousu la jupe Caltha que j'aime beaucoup même si la raideur de mon tissu rend les plis pas aussi gracieux que prévus. A l'époque le choix de la taille avait déjà été problématique (j'aurais dû couper du 44 d'après le tableau de tailles, j'avais choisi le 40 et raboté en plus). Je reconnais que si on associe cambrure et ventre un peu proéminent ça modifie complètement les ratios de taille et que le patron n'y est pour rien ; il n'en reste pas moins que le choix est difficile.
Cette fois j'ai synthétisé les indications du tableau de taille (44 taille, 40 hanches) en prenant du 42 partout (et pour les quelques pantalons du commerce que j'ai, je suis souvent au 40).


Bref, j'ai donc choisi de simplifier au maximum le modèle (alors que tous ses détails le rendent précisément intéressant, on est d'accord !), dans l'idée de vérifier d'abord le tombé de la taille et des jambes sans perdre de temps dans les fioritures : pas de déco sur les poches, bas de jambes droits au lieu de découpés, pas de passants de ceinture. J'ai eu de l'inspiration en faisant cela, vu toutes les galères de la suite ! 
J'ai choisi un tissu sur lequel je n'avais pas de coup de coeur particulier (pour un test, donc), et il est vrai qu'un uni convient plutôt mieux à un pantalon que des motifs. Au final, j'adore sa couleur et sa texture pour un pantalon, je trouve qu'il a un rendu très classe, mais quelle GALERE absolue à coudre !!! C'est un mélange coton/acrylique moiré qui évoque le shantung en moins texturé (quand je vois les photos, j'ai l'impression en fait de porter un pantalon en papier kraft froissé !!!), trouvé en recyclerie. Le tissage est hyper serré, et alors même qu'il n'est pas si épais, je n'ai pas réussi à trouver une aiguille pour la machine qui passe vraiment bien (la MAC faisait un bruit de tous les diables, j'ai cru qu'elle allait rendre l'âme). Idem pour le fil, mon premier fil coton de la bonne couleur passait difficilement, j'ai dû me rabattre pour toutes les coutures non visibles sur un gris acrylique standard qui passait mieux.


A cause de ces difficultés pour perforer le tissu, les coutures sont réduites à leur essentiel ; point de jolies finitions pour la parmenture de ceinture, par exemple. Les poches plaquées sur les fesses sont horribles : je n'ai pas réussi à suivre l'arrondi de la couture du fait de la raideur du tissu et des surépaisseurs, du coup elles font des angles atroces (mais je suppose que les gens n'ont pas le regard sur mes fesses en permanence !). Et les ajustements que j'ai fait pour suivre la cambrure (que j'ai bien réussis pour la partie raccord des jambes arrières mais pas du tout pour la pièce de ceinture qui baille) ont laissé des traces de "découture" dans le tissu, beurk ! Enfin, le zip qui n'a pas la bonne couleur (comme d'habitude, puisque je fais avec le stock) est un peu trop visible du fait que je me suis ratée sur la pose : comme une débutante (pire, même, car je n'ai jamais fait une bourde pareille !) j'ai clipsé sur la machine le pied pour fermeture éclair à l'envers, donc forcément ma MAC a bien renâclé à la couture !
Comme dit le dicton, quand ça veut pas, ça veut pas !


Enfin bon, je note ici toutes mes mésaventures dans l'idée de NE PAS les refaire pour la prochaine occurrence de ce pantalon - car la forme me plait énormément sur moi et j'ai envie de tester de nouvelles variations : ajout de poches italiennes devant, peut-être adapter la ceinture pour obtenir une taille basse (même si cette taille au nombril est relativement confortable, contre toute attente) ... ou tout bêtement suivre les détails proposés dans le patron, soyons fous !!

coucou jolie chute fleurie !

samedi 10 août 2019

blouse doublement japonaise

Est-ce que cette photo ne vous donne pas affreusement envie, comme à moi ?!
Miam, du tissu avec des motifs japonais ! ... Miam, un joli bouton ancien ! ... Miam, du doré !!!



J'ai eu la chance de recevoir un coupon de ce magnifique tissu (qui aurait eu peu de chance de rejoindre mes stocks si ça n'avait dépendu que de moi ... trop "luxueux" pour que j'ose me l'offrir !).
Et oui, c'est donc lui le coupon précieux.

Et je suis allée à l'encontre de ma tendance spontanée qui est : "ce truc trop beau trop précieux, gardons-le bien caché pour ne pas prendre de risque" ! (risque de quoi, je vous le demande ... ! Risque de gâcher, de se tromper ?! C'est idiot, mais en l'occurrence je me soigne, vous voyez !)

Bref, j'ai donc dû trancher entre les 2 usages que je voyais au coupon : coudre une jolie robe d'été de forme sobre, pour des circonstances un peu exceptionnelles ... mais j'ai déjà au moins 12 robes d'été ; ou bien remplir un besoin de hauts pour la saison froide (portés sous des gilets bien sûr, mais susceptibles d'en sortir puisque dans les bâtiments où je travaille il fait souvent trop chaud - même en hiver).


Et c'est ... un haut, donc ! Précieux tissu ou pas, au moins il sera porté et vu et j'en profiterai !

J'ai repris un patron déjà décalqué et cousu, mais pas pour moi (bon sang, il y a 5 ans déjà !!!). C'est la blouse n°26 du livre japonais Elegance et Sobriété en taille M (pour mon 38).

MAIS il faut noter les modifications suivantes qui rendent ce patron adapté à ma taille :
- je n'ai pas fait les plis religieuses du plastron : j'ai pris la pièce avec les plis marqués sans faire les plis, donc cela élargit la carrure, qui n'aurait donc pas été suffisante en suivant strictement le patron.
-de ce fait, les fronces de la partie basse (sous le plastron) sont moins serrées, cela évite ensuite l'effet montgolfière.
-de ce fait également, la pièce de col n'est pas assez longue pour faire le tour de l'encolure, mais je l'ai gardée telle quelle donc mon col ne "joint" pas au niveau des boutons, j'aime bien cet effet.
-étonnamment, la partie dos se raccorde parfaitement à mon devant alors qu'il est un poil plus large que prévu. Tant mieux !
-je n'ai pas froncé le haut des manches, de manière générale je déteste l'effet "manche de princesse qui froufroute".
-enfin, j'ai allongé les manches et le buste de 6cm


J'ai mis 5 boutons à la fente d'encolure, comme prévu par le patron, mais je crois que j'ai mal regardé leur placement, à la réflexion, le plus haut aurait dû être encore plus haut. Mais en réalité, les 3 plus hauts ne seront jamais fermés, c'est vraiment trop serré, sinon.
Ces boutons ... ah je les adore ! Encore de petites merveilles (à mes yeux), en métal, héritées des boites à boutons des ancêtres. Ils sont un rien kitshouilles, mais je trouvais qu'ils étaient totalement accordés au tissu à fleurs !


La forme générale n'est pas ajustée, mais ça on a l'habitude avec les patrons japonais et moi j'adore, ça me convient très bien. On n'a pas l'effet baleine non plus. Le col est cependant plutôt ras du cou, et en plus je ne l'ai pas bien réussi : j'ai dû tirer un peu trop sans m'en rendre compte à la pose, du coup il vrille très légèrement, juste de quoi ne pas tomber bien. Mais là encore, puisque je vais porter l'encolure ouverte, ça n'est pas trop gênant.

Et pour finir, le dos est tout simple, d'une pièce sans détails particuliers, mais il n'est pas démesurément large comme c'est parfois le cas en couture japonaise.


En voyant les photos, une idée me vient : si je refais ce modèle un jour, je verrais bien un bas de forme légèrement liquette, avec des arrondis sur le raccord devant/dos, et pourquoi pas même un dos un peu plus long que le devant ... A suivre !

mercredi 7 août 2019

robe fruitée (Arum + Solveig)

Pour terminer un coupon précieux bien entamé déjà (vous verrez bientôt pour quoi), j'avais en tête une idée de robe bien précise. Mais pas de patron adapté.
J'ai donc dû faire de la bidouille de patrons existants, couper, coller, recouper, et recoller !
Et faire un essai avant d'attaquer LE tissu.

Heureusement que l'essai me plait ! Car j'ai fait tout ça pour découvrir que, avec ce "patron"-là, mon reste de coupon ne serait pas suffisant, et je n'aurai jamais la robe imaginée !!!


Mon envie, c'était donc : une robe courte, à la taille pas trop marquée, mais pas un sac non plus au niveau de la cambrure (donc nécessité de pinces de dos). Et des manches-qui-n'en-sont-pas, c'est à dire simplement de petits mancherons à même.


J'avais 2 patrons qui, en théorie, combinés, donnaient le résultat voulu.
Et je suis contente d'avoir réussi ! Les spécialistes diront que ça n'était pas bien compliqué, n'empêche que le doute est toujours là quand on se lance dans ce genre de triturage !
Il s'agit donc des robes Arum de Deer&Doe, et Solveig d'Annabel Bénilan (du livre Vestiaire Scandinave, et dont je n'ai pas trouvé beaucoup de réalisations sur internet).


Bref, j'ai testé mon patron sur un bout de coton un peu fin, que j'avais hérité d'une collègue cousant autrefois. Des couleurs en provenance directe des années 80 !!
J'adore le résultat, c'est une robe qui sent vraiment les vacances : comme les couleurs des cabines de plage juxtaposées sur le sable, comme les couleurs des sorbets (bien chimiques, oui !), voire les couleurs d'un coucher de soleil flamboyant sur la mer !


J'aime la robe telle quelle, mais j'aime bien aussi ceinturé comme sur les premières photos (avec une jolie ceinture fantaisie faite main par une copine de blog !).


Et ce qui me rend fière fière fière, ce sont les raccords de rayures sur les côtés et même au dos, malgré les courbes des découpes princesse !

... Mais du coup, mon projet pour la fin-de-coupon-précieux tombe à l'eau, il faudra que je trouve autre chose !

dimanche 4 août 2019

robe salopette Bernette

Modeuse contrariée dans l'âme, ma chère miss A lorgne souvent sur les nouveautés que tout le monde porte, en sachant fort bien que dans cette maison, on ne change pas de garde-robe tous les 6 mois, et qu'on ne consacre pas au sujet des budgets démesurés.
Par contre, lorsqu'elle parle de cousu main, elle peut tout obtenir de moi (ou presque !!!). 

Même si, en l'occurence, cette robe-ci a été cousue main par elle-même, à 95% (j'ai fait le zip).


Elle a cherché sur internet des patrons correspondant à ce qu'elle cherchait, et on a dégoté cet obscur patron de robe salopette Bernette, qui a l'immense mérite d'être gratuit bien qu'on n'ait trouvé aucune trace de réalisations (depuis qu'on a terminé, bien sûr, j'ai trouvé ça : le temps qui file, qui est de façon amusante dans la même couleur, pour une fille du même âge !!).
Heureusement qu'il ne s'agit pas d'un modèle forcément ajusté car les photos de présentation du modèle ne permette absolument pas de se rendre compte du tombé global.


Les explications sont en français (et cela doit être récent car l'autre couturière avait des explications en allemand il y a un an).
Elles sont malgré tout assez succinctes. A tel point que j'ai fait une boulette (en guidant la demoiselle dans les étapes), mais qu'on a rattrapée.
De même le choix des tailles est aléatoire : on a pris la taille 38 pour elle qui fait du 36-38 dans le commerce, et d'après le tableau de taille. Mais cela donne une robe assez loose, la ceinture n'est pas du tout ajustée (pour ma part, j'aime bien comme ça, c'est super confortable ! Cela convient à la demoiselle, même si je crois qu'elle aurait préféré une taille en dessous).
La longueur finale est celle du patron, on n'a rien changé.


Pour décrire un peu mieux le modèle (que ne le fait le site Bernette) afin que l'éventuelle couturière sache à quoi s'en tenir :
-les bavettes devant et dos sont doublées, la partie visible est en 2 parties assemblées au centre et surpiquées
-les jupes dos et devant sont aussi en 2 parties assemblées surpiquées.
-la robe se ferme par un zip et un bouton jean sur le côté de la taille. 
C'est d'ailleurs là que j'ai bidouillé : il s'agissait d'une fermeture éclair cachée (type fermeture de jean) mais les explis étaient fumeuses, et on a décidé de simplifier en faisant une fermeture visible (mais cachée au maximum quand même, vous suivez ?!). Et au-dessus du zip vient la boutonnière. En voyant que la pièce ceinture dépassait (=était plus longue que la taille de la jupe) je l'ai bêtement recoupée alors que bien sûr il fallait un surplus pour venir recouvrir le bouton sous forme de boutonnière. Bref, j'ai improvisé une bride pour venir accrocher le bouton, ça passe.


De même, au moment d'acheter toute la quincaillerie pour les bretelles, je me suis loupée et ai oublié les anneaux pour fixer le surplus de bretelles ; la demoiselle fait un noeud à la sauvage, et ça fait bien l'affaire !


Pour le tissu, c'est une toile de coton épaisse, genre jean, de Mondial Tissus. On a pris 1,1m comme indiqué en fourchette haute sur le site, et il fallait cela puisqu'en prélavant le tissu, en bon tissu de coton, il a réduit un peu. Entre le tissu et le matériel (zip, boucle ceinture), ça donne une robe à pas loin de 20€ quand même (j'ai un peu oublié, mais je m'étais dit qu'on aurait quasiment trouvé moins cher dans le commerce). 


Espérons maintenant que cette robe sera portée ! Elle se perd un peu au milieu de la garde-robe de la miss, mais je pense quand même qu'elle y accorde plus de valeur que les autres trucs de fast fashion auxquels elle succombe de temps en temps ! 
La demoiselle m'a d'ailleurs bien impressionnée dans ses progrès en couture, elle avait avant du mal à coudre droit, et ici les surpiqûres sont impeccables. Cela dit, ça reste un modèle facile à coudre (juste ; attention sur la fermeture ! Mais on trouve de parfaits tutos vidéo pour installer une braguette jean ailleurs sur internet, et c'est ce qu'il aurait fallu ici)

jeudi 1 août 2019

mini besace au tissu fait maison

Avec mon tissu imprimé maison, j'ai fait un 2e objet : une mini besace spéciale vacances, petite mais juste suffisante pour téléphone + portefeuille + sous !

J'ai dessiné le patron aux mesures et formes qui me convenaient, avec une très légère épaisseur et un rabat qui ferme par pression pour éviter que tout ne se casse la figure comme dans ce modèle-là.


Les matériaux étaient tous en stock :
-2 carrés imprimés par mes soins il y a déjà quelques mois, pour l'extérieur
-le reste du coupon turquoise de ma trousse de toilette brodée
-une cordelette de récup
-une grosse pression issue des stocks des grands-mères


J'ai bien aimé élaborer ce petit sac, créer le patron à la bonne taille, utiliser enfin les coupons imprimés ...
Mais je ne suis pas trop sûre du résultat : original, ou juste très moche ?!


Disons que j'aime beaucoup les effets produits par cette méthode de peinture/impression, mais je ne suis pas sûre que ça rende bien comme tissu unique (et non en mini touches ajoutées à de l'uni) sur un accessoire ... Je ne suis pas sûre non plus de l'accord turquoise et marrons ...


Bon, disons qu'au minimum l'objet est fonctionnel et je suis contente en le regardant de savoir que chaque détail est fait maison !


Et pour finir une photo horrible (bonjour les plis du haut et la jupe qui part en avant dans cette posture !), qui permet juste de visualiser la taille de la mini besace !


lundi 29 juillet 2019

chauffeuse new look !

Quelle maison avec enfant ne possède pas dans un coin un couchage d'appoint dans ce genre ?!


L'indétrônable chauffeuse en mousse dont les coussins sont habilement reliés pour se dérouler en forme de matelas ! Chez nous, l'objet sert peu souvent de couchage, mais presque tous les jours comme assise (rien de mieux pour se vautrer et y lire des BD !) - du coup son tissu de couverture d'origine partait en lambeaux.
Il s'agissait d'un mélange de toile de coton, couleur marine, et d'intissé pour les parties non visibles ; censé être déhoussable grâce à des fermetures éclairs, mais en réalité bien difficile à déhousser car très serré autour des blocs de mousse (je vous parle donc de l'ancienne housse que je n'ai pas prise en photo).


Bref, j'ai tout enlevé et décidé de changer la méthode de couverture de l'ensemble : j'ai d'abord cousu des housses "définitives" pour les 2 mousses rectangulaires d'un côté, et pour le "traversin" d'un autre côté (ce que vous voyez sur les photos ci-dessus, en marron clair). L'essentiel est cousu à la machine mais il y a forcément des coutures à la main pour finir d'enfermer les mousses dedans. Ce tissu n'est pas censé s'enlever, il permet juste que les blocs puissent glisser plus facilement dans les 2e housses qui, elles, seront enlevables et lavables.


Et tadam, la housse "jolie" ! Celle-ci est facile à mettre et enlever : quand elle est en place, elle maintient l'ensemble des mousses en position fauteuil pour qu'il ne s'avachisse pas trop. Enlevée, on peut déplier les blocs mousse et installer des draps dessus pour en faire un couchage.

J'ai choisi de faire une housse avec 2 "compartiments" : un pour le bloc de l'assise et un tube dans lequel on glisse le traversin/dossier. Les 2 compartiments sont cousus entre eux, mais chacun s'ouvre et se ferme avec une simple lanière dans une coulisse :



Pour ce projet, 100% des fournitures sont issues de recyclage :
-le tissu marronasse est un rouleau de voile coton-synthétique qu'on m'a donné car taché par endroit
-les liens sous coulisses sont des lacets gardés après la mort de leurs baskets respectives !
-le tissu à étoiles est une ancienne housse de couette achetée sur le bon coin ! 2m x 2m de tissu - et cela x2 puisque la couette a 2 faces, évidemment), cela fait une grande quantité de tissu sans raccords nécessaires, et pour pas cher (2,5€ le mètre !)


Une couture pas trop plaisante (j'ai horreur de manipuler des grandes pièces de tissu, la table de coupe n'est jamais assez grande à mon goût, sans compter le processus qui a été de l'improvisation au fur et à mesure !)) mais dont le résultat donne vraiment satisfaction quand on cesse de croiser un objet moche dans son champ de vision domestique !

jeudi 25 juillet 2019

sacacake au tissu "fait maison"

Comme souvent, une fois la machine à coudre remise en route, j'enchaine divers petits projets qui me trottaient en tête !

Cette fois, il s'agit d'un "objet" qui n'est pas utile tous les jours, loin de là, mais qui rend bien service le jour venu : le sacacake - autrement dit le sac à cake, pour transporter toute préparation culinaire allongée !


J'ai suivi l'idée des rabats sur le dessus et les mesures générales de la proposition de Nanicousette, mais à partir de pièces bien différentes. Elle propose de réaliser 2 rectangles posés l'un sur l'autre pour former la croix qui sera la forme de base ; j'ai formé ladite croix directement dans mes tissus en ajoutant des morceaux ici et là pour arriver aux mesures voulues !


Le tissu intérieur est un coton épais à carreaux, bien basique.
Par contre le tissu extérieur est quasiment 100% home made ! Plus exactement son motif. Il s'agit d'un tissu blanc cassé de texture assez révulsante pour en faire de l'habillement (synthétique pas souple) ; que j'avais pris comme base pour des essais d'impression sur tissu avec ma plaque de gel.
Les couleurs et motifs sont donc faits à la peinture acrylique, qui ne part pas au lavage (mais la technique reste peu utilisable en habillement car cela cartonne le tissu).


Comme ma plaque de gel fait 30x30cm, mes carrés imprimés en font autant, j'ai donc dû couper dans 2 carrés pour obtenir, après raccords, la surface suffisante. Les motifs étant bariolés et dans la même gamme de couleurs, ça fait bien l'affaire.

Le reste des fournitures est de récup : ruban issu d'un emballage, bouton recouvert de tissu offert lors d'un troc ... Il n'y a plus qu'à se faire inviter pour apporter un beau cake et frimer avec son bel emballage réutilisable !

dimanche 21 juillet 2019

protèges-carnets de santé en patchwork

Alors que j'ai déjà cousu des dizaines de "protège-carnets-de-santé" sur commande, je n'en avais jamais vu la nécessité pour la famille. Mais à la longue, farfouiller parmi 4 carnets identiques entreposés au fond d'une obscure étagère n'étant pas une partie de plaisir, j'ai décidé de consacrer encore quelques chutes à réaliser des housses différentes pour chaque enfant.


Le but n'était pas du tout de faire du "joli", et surtout pas du trop enfantin : juste une distinction possible par couleur ! J'ai cousu mes chutes de manière à former vaguement des bandes, puis les bandes les unes à côté des autres. Cela donnait un grand rectangle dans lequel j'ai coupé LE rectangle aux dimensions voulues.


Deux-trois coutures plus tard, chacun a pu se battre avec ses frangins pour la couleur préférée choisir sa housse. Je ne sais pas encore tout à fait par coeur la couleur de chacun, mais eux la connaissent, c'est déjà ça !

... où l'on constate que même le tissu de doublure est un patchwork de chutes à la couleur voulue !

... et c'est zouli !!!

mercredi 3 juillet 2019

balade au pays de la moutarde (Dijon)

Une ville que je connais assez mal en réalité, mais dont j'ai eu de petits aperçus ces derniers temps ... est-ce que ça vous donne envie d'en connaitre plus, à vous aussi ?!








Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...