mardi 24 octobre 2017

faire du papier artisanal

Ce n'est plus bien de saison que ces activités un peu salissantes (à faire dehors de préférence !) mais je vous en avais parlé il y a déjà un moment, il fallait bien que je me mette enfin à vous montrer comment on a fait ce papier !


Tout d'abord, on réunit et on déchiquette grossièrement les vieux papiers qu'on souhaite utiliser : tout peut faire l'affaire, nous on a préparé un bol de papier de soie rouge/orange, un bol de papier imprimé (vieilles photocopies), un bol de papier de soie marronnasse (emballage de chaussures !). Chaque tas de petits morceaux (2x2cm très approximativement) a été mis à tremper dans de l'eau, bouillante, ça va plus vite pour ramollir le papier.


Après bon trempage (on peut laisser les petits papiers aussi longtemps qu'on veut ! une nuit, une journée ...), on les a mixés au mixer plongeant, dans leur eau de trempage. Attention, ça risque de gicler sévèrement !! Bonjour les taches avec la teinture du papier de soie rouge !!

On obtient une bouillie épaisse. Si le papier est très fin, c'est homogène comme un potage, sinon il peut rester des mini-morceaux sur lesquels on peut même apercevoir les traces d'écriture précédente, mais ça n'est pas gênant, ça n'en apportera que plus de caractère au futur papier.


Ensuite, on a apporté tout notre matériel dehors sur 2 tables : l'une contient un grand bac plastique avec de l'eau claire, nos pichets de pâte à papier, les tamis pour faire les feuilles de papier, une bassine d'eau pour se rincer les mains ou autre.


Sur l'autre table, une première planche (blanche, en bas de la photo) couverte d'un premier chiffon de tissu mouillé. On déposera dessus une première feuille de papier (voir ci-dessous) qu'on recouvrira d'un autre chiffon mouillé, etc sur plusieurs couches. Prévoir donc un bon stock de chiffons à mouiller au fur et à mesure, de taille suffisante par rapport au format du papier (va dépendre de votre tamis). On voit aussi sur cette table une 2e planche (marron, au-dessus de l'autre planche).


Avant de poursuivre, revenons sur la question du tamis : j'ai fabriqué le mien de façon bidouillée, et incomplète. Dans l'idéal, on construit 2 cadres en tasseaux de mesures semblables, et on tend l'un d'eux seulement d'un "grillage" (toile au tissage très espacé, de récup pour moi). Vous voyez ci-dessous mon grillage textile tendu par de simples punaises - ça durera ce que ça durera !


Le principe est ensuite de vider dans l'eau claire une quantité de pâte à papier, on mélange (les fibres de papier se dispersent dans l'eau). On plonge ensuite le tamis rapidement, et on le ressort de l'eau bien horizontal, il conserve quelques fibres pendant que l'eau s'évacue. La première fois que j'avais fait ainsi, tout fonctionnait bien, mais cette fois j'ai regretté l'absence du second cadre. Il faudrait le poser sur le premier cadre grillagé, afin de bien retenir les fibres dans le geste de la remontée. Dès que l'eau est évacuée, on peut le retirer : le cadre grillagé a retenu une bonne petite épaisseur de fibres.
Il ne faut pas être trop lent à la remontée pour que la couche de fibre soit homogène.


Ci-dessus : on approche le cadre garni du chiffon mouillé, puis on le claque d'un geste rapide sur la surface chiffon. Les fibres se dégagent du cadre pour tomber sur le chiffon.


Si l'on aperçoit que des fibres restent accrochées au cadre par plaques, on peut les faire tomber en frottant le "grillage" :


Si l'on veut un papier très épais, on peut répéter les opérations 2 fois ou plus, en essayant de bien viser sur la première couche de papier tombée. Sinon, on couvre directement d'un chiffon mouillé :


On peut empiler ensuite encore quelques feuilles de papier (4-5), toujours intercalées de chiffons mouillés, avant de finir le sandwich par un dernier chiffon et notre 2e planche sur laquelle on presse un maximum : manuellement ou avec de gros poids.


On enlève ensuite notre sandwich de papiers/chiffons. Nous l'avons étalé sur l'herbe ! Il suffit de quelques heures d'égouttage pour pouvoir manipuler l'ensemble : soit détacher chaque feuille et chaque chiffon si c'est vraiment sec, soit séparer quelques couches encore très humides pour accélérer le séchage. Le lendemain, tout était sec. Les feuilles un peu tordues se remettent à plat sous un gros livre.


Voyons maintenant quelques variantes pour décorer les papiers :


On peut parsemer quelques pétales, graines, morceaux de végétaux, mais aussi déchets de laine ou fils colorés, petits confettis de papier coloré ... ces apports peuvent être inclus entre 2 couches de papier ou juste posés, puis pressés (cela suffira bien souvent à les incruster dans le papier, sauf s'ils sont trop épais et coriaces).


Nous avons aussi préparé des gabarits ronds (rondelles de verre plastique) qu'on a posé sur une première couche de papier (encore sur le tamis), pour verser ensuite dedans à la cuiller un peu de pâte à papier d'une autre couleur.


Enfin, on peut teinter la pâte avec des pelures d'oignon ; en laissant tremper les petits morceaux (au début) dans des jus de légumes ou eaux de cuisson colorés ; avec de la gouache ... Il n'y a vraiment aucune limite !

Amusez-vous bien !

Et, à part la réalisation du cadre qu'il faut anticiper (mais je crois que cela s'achète tout fait), tout est fait de récup, alors il n'y a pas grand-chose à perdre à ces expérimentations !!

8 commentaires:

  1. Bravo , j'applaudis ! Tres bien expliqué et resultat tres sympa !Si tu veux lisser tes feuilles une fois sèches (pour varier les textures) tu peux les repasser(sans vapeur of course!) avec une pattemouille ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, le compliment venant de toi me touche particulièrement !!!

      Supprimer
  2. Un milliard de merci pour ton article très détaillé qui m'a donnée des idées pour faire un super projet avec mes élèves à la prochaine période ! SUrtout que c'est super complet la fabrication de papier, c'est écologique, c'est technique, c'est joli et ça permet de travailler plein de choses à la fois, donc je vais pouvoir le faire avec les TPS PS et aussi avec mes CE1 !! Merciiiiiii

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. super si cet article peut servir !! et quand on commence, c'est un peu magique et on a envie de faire plein de choses en recyclant le papier !

      Supprimer
  3. Génial cet article, super détaillé! Je ne pense pas que j'aurai le courage de tester mais on ne sait jamais... J'ai aimé le lire et découvrir la technique en tout cas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah oui, je t'avoue que si je n'en avais pas parlé aux enfants, je n'aurais pas forcément eu le courage de tout déballer ! et heureusement aussi que le matériel avait été réalisé et rassemblé il y a bien longtemps, avant d'avoir des enfants justement ! (en fait, tout cela datait de l'été qui avait précédé l'arrivée de ma première fille, dans une autre vie, presque !!)

      Supprimer
  4. J'adore !! C'est très joli. Je vais à un atelier pour ça mercredi prochain, j'ai hâte. Chez moi seule je n'arrive pas à prendre le temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as bien raison : il faut un petit peu de matériel, puis c'est quand même encombrant et salissant donc c'est très bien de faire ça ailleurs !

      Supprimer

les petits mots sont toujours lus avec plaisir, et si vous laissez une adresse mail ou l'url de votre blog, c'est encore plus pratique !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...