lundi 18 juin 2018

projet 100 visages #3

Pour le 3e quart de ce challenge dessin, j'ai pratiqué beaucoup de techniques différentes (rappel : partie 1 / partie 2).

Une série de petits croquis sur le vif : chacun a été fait au hasard des opportunités, sur du papier qui trainait par là ... j'ai donc juste assemblé le tout en découpant/collant sur une même page. J'ai été confrontée à ce que je savais déjà : dessiner quelqu'un que l'on connait est bien plus difficile que de dessiner un parfait étranger ! Et aussi, les profils sont plus simples que les visages vus de 3/4 ... Et enfin, les jeunes et enfants sont plus difficiles que les personnes plus âgées ou qui ont des signes particuliers sur le visage.


Forte de ces déjà nombreuses expériences, je me suis lancée dans des portraits plus complexes, en y passant plus de temps aussi. J'ai expérimenté une technique qui ferait hurler les puristes : aquarelle sur fond de peinture acrylique ! Au secours, aucune absorption du papier !!! Et bien, je dois dire que j'ai été agréablement surprise, on obtient des petits effets très intéressants. J'ai été satisfaite aussi d'utiliser pour la première fois un mini-mini pinceau (je dis mini en nombre de poils !), ça change la vie !





A l'issue de cette série, j'ai pu compléter une règle énoncée plus haut : dessiner des enfants + qu'on connait = c'est doublement dur !! On (je) a tellement peur de les "massacrer" qu'on y va tout en légèreté, alors que ce sont précisément les contrastes qui créent les volumes ! Résultat, mes enfants ont l'air de morts-vivants (surtout sur fond de couleur froide tout en haut de la série) !

Bon, j'ai poursuivi sans me décourager, et même, je me suis enfin sentie d'attaque pour finir un dessin commencé il y a ... 7 ans ! A l'époque, j'avais dit que les visages ne m'intéressaient pas, et que je me penchais sur les postures du corps, mais je suis bien contente d'avoir pu compléter ce croquis qui me plaisait déjà bien comme ça :


J'ai même osé l'aquarelle ! Et je suis fort contente de moi ! J'ai bien progressé sur les ombres et lumières ...




Et les visages (but de la manoeuvre quand même) ne sont pas si ratés ; le petit format des visages aidant, certes. Je suis contente des teintes de la peau, des textures de cheveux.

Rendez-vous mi-juillet pour la fin du projet !


mercredi 30 mai 2018

projet 100 visages #2

Deuxième quart de ce challenge dessin dont je vous ai déjà parlé. Il y a cette fois des crayons de couleur, des feutres, de la peinture ... des traitements réalistes et d'autres plus schématiques ...

D'abord, le crayon de couleur, d'après photos ...




Puis, comme déjà exploré précédemment, du feutre blanc sur fond coloré (page de gauche) - avec un meilleur rendu des yeux par rapport à l'autre fois, je trouve.
Et une sorte de "récréation" à partir d'une photo de magazine. Lorsque je l'ai dessiné, l'article d'Alissa Burke n'avait pas encore été publié, mais c'est drôle car elle fait la même chose (en bien plus complexe encore !)


Le portrait "récréatif" m'a ensuite donné envie de revenir sur des portraits un peu "ethniques", avec des éléments géométriques et des motifs :


Sans transition, un autre style pour travailler sur les profils : amusant et pas extrêmement difficile !


Et enfin, un portrait dont le but principal était de m'exercer à la chevelure (qui ici a un air un peu raide mais était vraiment comme ça sur la photo d'origine !)


mercredi 23 mai 2018

artjournal 2018 #4

Encore quelques barbouillages expérimentaux, plus ou moins heureux ... !


Pour cet espèce de composition végétale abstraite, j'ai d'abord rempli ma page de taches de couleurs (issues du reste de ma palette d'aquarelle). Puis j'ai vaguement suivi les zones de couleurs au feutre noir, en créant des formes un peu au hasard qui m'ont petit à petit évoqué des feuilles, enfin j'ai rempli certaines d'entre elles de motifs accentuant leur côté végétal.


Croquis aux feutres Sharpie à partir de photos d'oiseaux prises lors de mon voyage au Portugal (parc animalier et rues de ville ! car non, ce ne sont pas des espèces locales !).


Encore un souvenir du Portugal : j'ai reproduit infidèlement une partie d'une oeuvre de street art, ajoutant couleurs et motifs de remplissage qui n'y étaient pas au départ ...


Si vous ne connaissez pas l'artiste Helen Dardik, allez donc voir ! Le dessin naïf ci-dessus se veut "à la manière de", son style étant assez facile à imiter dans le sens où il est vraiment très personnel et unique (cela étant dit sans prétention ! comme dirait l'autre, "l'imitation est la plus sincère des flatteries").


De retour d'une promenade, avec un bouquet de fleurs sauvages, j'ai eu envie de dessiner chacune d'elles, et j'en ai profité pour faire une recherche sur leurs noms (crayons de couleurs - photo affreuse !)


Un paysage admiré lors de cette même promenade a été le point de départ de cette image plus ou moins abstraite à nouveau ; mais ma bricole n'est pas du tout à la hauteur de ce que j'aurais voulu.



Et enfin, une page moitié peinture acrylique, moitié feutres Faber-Castell et UniBall à partir de cette photo-là. Mon dessin ne se veut pas reproduction, mais je suis contente de moi car je trouve qu'on reconnait quand même bien le sujet (des plantes succulentes) et que la variété de couleurs et de formes, qui fait l'intérêt de la photo, est perceptible ici aussi, d'une autre manière.



dimanche 13 mai 2018

la cuisine récup

Récup de tissus, récup de papiers, et ... récup de nourriture ! C'est mon dada et j'ai déjà proposé plusieurs astuces dans ce domaine.

J'ai expérimenté ces derniers jours 2 recettes destinées à utiliser ce qu'on jette normalement : les fanes de radis, et les peaux de citron.


Le cake salé aux fanes de radis

Je ne jette jamais les fanes de radis, je les utilise en soupes, en garniture de tarte salée (mixés avec oeufs, lait/crème, un peu de farine, sel et le tout versé sur une pâte qu'on peut garnir aussi de lardons ou saumon fumé), en clafoutis salé ... mais je viens de réaliser que fanes mixés = consistance du persil hâché, donc je me suis mise en quête d'une recette qui utilise cela. Dans ma belle-famille il existe une recette de cake salé persil/moutarde, mais je n'avais pas la recette ce jour-là, alors un tour sur internet m'a permis de découvrir celle-ci, que j'ai déclinée à ma façon.

1 yaourt
3 pots de farine
2 gros oeufs
les fanes de 2 bottes de radis
1/2 pot de lait
4 càs de moutarde
2,5 càs d'huile d'olive
1 sachet de levure (pour moi 1 càc de bicarbonate de soude qui remplace désormais la poudre à lever chimique chez moi)
sel

L'astuce, si l'on peut dire, est de mixer les fanes dans un bon robot, avec les oeufs ou autre matière liquide : chez moi du moins, le robot mixe mal les matières trop sèches, alors que si j'ajoute un liquide aux herbes, c'est parfait. J'ajoute ensuite tout le reste pour mélanger, et je verse dans un moule à cake.
Cuisson 35-40' à 200°.

La moutarde apporte juste ce qu'il faut pour réhausser le goût de la verdure, la consistance est moelleuse (entre un clafoutis et un cake), bref, tout le monde a aimé et en un repas, il n'y avait plus rien !


La crème avoine-citron

J'ai toujours du regret à jeter les peaux d'agrumes bio, une fois que le zeste et le jus ont été prélevés (ils sont quand même un peu plus chers que les agrumes conventionnels !). 
Alors j'ai développé plusieurs astuces pour éviter ça : en hiver, je fais sécher les peaux restantes sur une grille, sur le poêle, puis je les réduis en poudre au mixer. Cette poudre peut parfumer les gâteaux et desserts, ou pourquoi pas à essayer dans un curry ? Je congèle aussi des peaux fraiches que j'ajoute en morceaux grossiers à mes fruits de saison pour les confitures : cerise-orange, abricot-pamplemousse, tomate verte-citron etc ... Mais comme j'ai largement le plein de peaux au congélateur pour les confitures à venir, et que le poêle ne tourne plus, j'ai essayé autre chose !

les peaux de 3 fruits (citrons, mandarines, oranges ... adapter le nombre selon le volume de peau que donne chaque fruit) : peaux fraiches (je les garde au frigo le temps d'accumuler les 2-3 nécessaires)
3 oeufs
1,5 càs de farine
3 verres (taille pot de yaourt environ, pas un verre à soda) de lait d'avoine (à tenter avec le lait de vache ... ? j'avais ce lait végétal à la maison, et je l'ai préféré à celui de vache pour ne pas risquer de faire cailler celui-ci avec le citron ...)
3 càs de sucre (ou plus selon les goûts)

Là encore, j'ai mixé les peaux très finement dans mon petit mixer, en les ajoutant aux oeufs, avant d'ajouter tout le reste. Je n'ai pas réussi à obtenir une véritable pâte, on perçoit encore de petits morceaux de peaux qui donnent au final la texture d'une crème qui contiendrait de la poudre d'amande (autrement dit, ça reste une texture fine). Faire ensuite épaissir dans une casserole sur feu doux, quelques minutes (inutile que ça devienne dur, ça épaissira encore un peu en refroidissant).
Et c'est tout !

Cela faisait un très honorable petit dessert sans prétention (on ne se relève pas non plus la nuit pour finir le plat !!), ou un goûter amélioré qui reste assez sain. A essayer dans des verrines en combinant la crème avec biscuits secs écrasés, morceaux de fruits ...


Bon, j'ai parlé de 2 recettes, et en voilà une 3e ?!

Il ne s'agit pas d'une recette véritable, juste d'une piste de cuisine sauvage de saison, avec ces délicieuses fleurs d'acacia qui embaument l'air ! La recette marche aussi avec des fleurs de sureau*, qui arrivent tout juste lorsque les acacias sont en fin de floraison.
Bref, il s'agit très simplement de laisser infuser quelques (3-4) grappes de fleurs d'acacia dans du lait bouillant (je fais bouillir le lait avec les grappes, puis j'arrête le feu et laisse refroidir le lait sous un couvercle, toujours avec les fleurs dedans). Avec ce lait, je fais des yaourts au délicieux goût de fleur - cela évoque presque de la fleur d'oranger ; ou des flans ... recettes au choix !

*attention, on parle bien du sureau noir, un arbre qui peut faire plusieurs mètres de haut, avec un vrai tronc (un arbre, quoi !!!) ; pas du sureau yèble, plante herbacée qui monte maximum à 1,80m et dont on voit bien qu'elle pousse en touffes robustes - rien à voir avec de vrais arbres. Dès que l'on commence à se pencher sur la question, la différence est flagrante, il n'y a pas beaucoup de risque de se tromper (même si les fleurs sont effectivement les mêmes)


Et vous, vous avez des astuces de cuisine récup ou cuisine sauvage ?? je suis curieuse d'en découvrir d'autres !

vendredi 11 mai 2018

ouh ouh !!! des oiseaux de nuit

Chouette et hibou, deux nouvelles bestioles dessinées, d'après photos, aux crayons Derwent Drawing que j'adore. Et comme je n'ai rien d'autre d'intelligent ou d'intéressant à dire, je vous laisse juste regarder ... (trop dommage qu'on n'en voit pas vraiment dans la vraie vie, ils se cachent bien les bougres !)



(petites taches toutes fines réhaussées au feutre fin blanc et noir)



Des suggestions pour une jolie bébête à dessiner une autre fois ?

mercredi 9 mai 2018

[Livre] Dessine-moi un arbre

Quelques gribouilles aujourd'hui - l'occasion de parler d'un petit livre de dessin sans prétention mais que j'ai trouvé plaisant.



J'ai mis en vrac mes petits dessins (crayons aquarellables et feutres Pitt) sur mon artjournal en cours, mon but était de garder trace quelque part des jolies trouvailles du livre en question :


Il y a 4 livres dans la série, avec plein d'idées sur un même thème de départ. Les dessins ne sont pas tous détaillés, mais ils ne sont pas difficiles à s'approprier. On glane des astuces sur les ombrages, les effets possibles selon le trait de crayon, la façon de représenter des éléments a priori insaisissables (l'eau qui coule, l'eau qui tombe, le feu ...)



Bref, j'ai bien aimé la façon dont l'auteur capte les traits distinctifs essentiels de chaque objet. Cela constitue un bon répertoire de formes avec lesquels se familiariser si l'on aime dessiner spécifiquement sur un des 4 sujets donnés (nature/animaux/objets quotidiens/personnages).


lundi 7 mai 2018

opération Nouvelle Vie dans mon dressing #2

Enthousiasmée par les quelques jours de beau temps des vacances d'avril, je me suis lancée dans une rénovation estivale d'un deuxième vêtement (après la jupe brodée devenue top).
Et c'est encore une jupe qui est passée au découpage, pour devenir encore un haut.


Pour l'inspiration "haut à basque", je ne suis pas allée chercher loin, vu que la jupe de départ comportait un volant ! Ce qui m'a permis de réaliser encore une fois qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, puisque j'ai longtemps détesté les hauts à basque/volant lorsque la mode les a remis sur le devant de la scène (sous le nom bizarre de peplum) il y a 6 ans.

Tout comme j'avais d'ailleurs changé d'avis sur cette jupe originelle, cousue pour aller avec 2 autres pièces il y a 7 ans. L'ensemble qui m'avait inspirée à l'époque me plait toujours (cf article en question) mais plus la tenue cousue par moi. Pas assez portable au quotidien.


Mais cette broderie anglaise me plaisait toujours, alors ce serait un haut selon le patron "maison" élaboré au fil des tâtonnements du haut précédent. Je me permets de le nommer "maison" car il ne reste quasiment rien du patron initial (Sorbetto) : hauteur de bretelles, largeur du buste, pinces ... tout a changé !


L'inconvénient de ce genre de haut large, et à basque en plus, c'est qu'on fait vite femme enceinte, mais ma foi, tant pis ! Je l'aime vraiment bien quand même !


Comme d'habitude, les finitions sont faites au biais rapporté, et comme d'habitude je pioche dans mon stock de biais pas aussi vaste qu'il le faudrait : cette fois, je n'avais franchement rien de proche de la couleur marron, alors j'ai opté pour un biais totalement rebelle - turquoise !


Il ne se voit pas réellement au porté, et c'est la petite touche rigolote rien que pour moi !

Et pour en finir sur les précisions techniques, j'ai paré au problème de transparence de la broderie anglaise en doublant le haut devant seulement ; j'ai gardé les petits courants d'air bienvenus en été pour le dos ! La doublure (en moche voile couleur beige/chair, parfaitement adapté ici) me permet du coup de cacher toutes les coutures intérieures. 


Encore un "surcyclage" qui me plait beaucoup !

... et j'en profite pour glisser une photo de mon petit bonheur (entraperçu plus haut) en ce moment : le jardin suspendu de salon.
J'ai reçu en cadeau ces petits vases aimantés à Noël, mais l'endroit qui leur correspondait étant proche du poêle, je n'ai pu les mettre en service que maintenant que le chauffage est éteint. Mes mini boutures et succulentes ramassées sur les vieux murs de pierre en balade sont ultra à l'aise ici : elles grandissent à vue d'oeil !

(l'un des vases s'étant cassé dès le lendemain, j'ai récupéré les aimants
pour utiliser à la place une jolie petite conserve d'huile d'olive !)


samedi 5 mai 2018

projet 100 visages #1

Je parlais d'Instagram récemment, voici encore un projet issu de défis lancés sur ce réseau-là !

Une artiste, Elle Luna, a lancé l'idée il y a quelques années déjà, apparemment. Il s'agit de se fixer, chacun à sa manière, un projet créatif sur 100 jours. Certains vont peindre chaque jour pendant 100 jours, d'autres chanter, d'autres prendre des photos, d'autres encore faire des origamis ... tout est possible !
L'idée a fait son chemin et j'ai eu envie de me lancer et en profiter pour travailler plus en profondeur sur une chose qui ne m'est pas facile : la représentation des visages.

à gauche : une page lambda (pas très chouette, en fait !) de mon artjournal !

Et puis, j'ai pris la liberté d'adapter le projet pour moi : je sais pertinemment que dessiner absolument tous les jours ne me sera pas possible, par contre il y a des jours où je peux y passer plus de temps. Mon défi est donc de dessiner 100 visages, sans contrainte de périodicité, et je suis plutôt partie pour finir avant les 100 jours !

Ma première page, ci-dessus, correspond grosso modo à la première semaine. Pour la plupart des visages, j'ai choisi de ne pas faire d'esquisse préalable, mais de me forcer à dessiner directement (d'où le choix de feutre non effaçable) pour obliger mon regard à être précis dès le début, pour aller à l'essentiel des traits.
En quelques portraits, je me suis vue progresser, c'est incroyablement gratifiant (au-delà de la réussite de chaque portrait) !

J'ai aussi appris de petites choses, au fur et à mesure, telles qu'éviter de dessiner les dents, même lorsqu'on les voit réellement. On a vite l'effet monstre ou appareillage orthodontique !
Bref, j'aime assez ma semaine "portraits aux feutres".


La semaine 2 a été faite pas chez moi : j'ai pris ce qu'il y avait sur place, un papier de brouillon et des crayons de couleur d'enfants. Pour modèle, des magazines. Et je suis contente du résultat ! Tracer et colorer en même temps (contrairement à d'habitude : tracé au crayon à papier puis coloriage) était un exercice très intéressant. Je suis satisfaite de ces visages aussi, car la plupart me semblent cohérents.


Troisième semaine : nouveau medium ! Directement au stylo blanc sur fond coloré (acrylique). Là aussi, pas le droit à l'erreur - si l'on peut dire !
Les modèles de départ sont des images anciennes très marrantes : monstres de foire (la femme à barbe), personnages grimaçants, postures insolites ...
J'ai découvert une fois ma page finie que, avec un stylo blanc, il ne faut pas dessiner l'iris de l'oeil, mais le blanc de l'oeil, sinon ça fait bizarre !


Ci-dessus, une approche du visage par les contrastes d'ombres ; mais je suis partie (volontairement) d'une photo en noir et blanc sur laquelle le haut du visage était resté dans l'ombre. Donc au final, mon dessin n'est pas très lisible (autrement dit : les enfants m'ont demandé ce que c'était !!).


Puis retour aux crayons de couleur, cette fois sur fond coloré (acrylique) ...


Conclusion de ce premier mois : les visages de face ou de parfait profil, ça va à peu près. Les visages de trois quart, il reste de quoi travailler !

On se retrouve à la fin du 2e mois avec de nouvelles explorations faciales !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...