mercredi 16 août 2017

[Balade] Jura-Doubs : du vert et du gris

Encore une piste de balade et visite pour ceux qui aiment sortir des adresses rebattues (enfin, plus ou moins, je parle à l'échelle de la France, parce qu'à l'échelle locale, ces lieux ne sont pas tout à fait inconnus).

D'abord pour les fans d'architecture et de jardin, une adresse qui combine les deux, et qui peut même plaire aux enfants : les Salines d'Arc-et-Senans. Il s'agit d'une "usine" de sel construite à la fin du 18e siècle suivant des principes utopiques de communauté de travail et de vie. 


Le site est déjà impressionnant en lui-même. En plus, un des bâtiments détaille, principalement sous forme de maquettes, le contexte idéologique et historique de sa construction. Ces maquettes ont littéralement fasciné les enfants - sûrement leur côté maison de poupée ! Pour ma part, c'est le caractère visionnaire de l'architecte Ledoux qui m'a passionnée.




L'histoire de l'exploitation du sel est présentée aussi, mais on n'observe pas de machines ou autres techniques de près : tout est sous forme de diaporama ou affiches - qui n'en restent pas moins passionnantes. Les diaporama en particulier m'ont plu car ils utilisent habilement la 3D pour visualiser dans les paysages actuels la vie disparue de l'époque.


Enfin, le site comporte toute une zone de jardins qui donnent lieu à un festival annuel. Nous avons donc admiré les installations de l'année sur le thème de Tintin (même si le concept de départ est souvent un prétexte, c'était amusant aussi de faire la chasse aux détails pour les associer à un personnage ou un album). C'est extrêmement ludique et les réalisations temporaires sont impressionnantes : cabanes d'osier, bassins, objets cachés, reliefs et jeux d'eaux. Rien que pour les jardins, c'est une visite que je ferais volontiers chaque année !


Enfin, le lieu accueille aussi des expos temporaires, donc même si l'entrée est plutôt chère (bien que pour 6 personnes, le tarif famille ait été avantageux : 26€ pour tous), on y passe pas mal de temps, et on peut même picniquer sur place dans des espaces spécialement aménagés et tout jolis (ce n'est pas la table à picnic de l'aire d'autoroute, quoi !). Enfin, signalons que même si le lieu est connu, aucun afflux désagréable de touristes n'est à signaler !

Pour notre part, nous avons poursuivi la balade par la forêt de Chaux, et en particulier par une zone aménagée pour la découverte des vieux métiers. On peut évidemment se balader dans la forêt (bien balisée) mais cette aire est particulièrement intéressante : il reste tout un hameau ancien bien entretenu et mignon comme tout (on a envie de tout dessiner/peindre !), et aussi des "surprises" cachées dans la forêt aux alentours (tout est indiqué, on ne peut pas les louper) telles que l'arbre d'or, l'arbre aux voeux, les dragons de bois flotté etc ... Le site est gratuit, le stationnement facile, et les enfants ont adoré (les adultes aussi !)





Enfin, si vous voulez une dernière adresse dans le coin, on est allés faire trempette sur une petite plage de gravier au bord de la Loue (village de Port Lesney) : c'est tout petit, mignon et bon enfant, mais attention quand même au courant pour les petits.

Et vous, vous avez fait des balades dans "la France profonde" qui valent le détour ?!

lundi 14 août 2017

[Livre] Manuel complet de gravure

Une nouvelle fois, je viens vous parler d'un livre découvert, en lien avec mes expérimentations techniques de débutant : la gravure. Ce livre est plus ou moins la bible sur le sujet, car les moindres aspects techniques sont abordés, des divers types de gravure, au matériel, en passant par les consignes de sécurité et les modulations possibles dans le geste.


Le grand intérêt de ce livre est qu'il reprend tout à la base : pour chacun des 7 procédés abordés (que je vous détaillerai à la suite), les auteurs définissent le principe, les outils, les gestes, la méthode, les limites et combinaisons possibles avec d'autres procédés ; ainsi que des portraits et galeries d'artistes.

à gauche : un schéma d'organisation de l'atelier de gravure,
des conseils qui peuvent sembler évidents mais qui font gagner du temps à celui qui veut expérimenter

Les 7 procédés présentés sont donc : la gravure en relief (celle qui me concerne en tant que graveuse de gomme), la taille douce (en creux), la sérigraphie, la collagraphie, la lithographie, le monotype et enfin les procédés numériques et les associations de procédés. L'ouvrage pose aussi d'intéressantes questions sur les questions d'originalité et paternité de l'oeuvre gravée/imprimée, son sens même puisqu'elle est multiple.

Chaque procédé est explicité par des schémas qui permettent de comprendre le caractère propre de chacun.


Pour chaque procédé, comme ci-dessous, une étude est faite des divers traits que l'on peut obtenir et comment.


Très instructifs, des pas-à-pas en photos montrent les divers gestes d'un artiste, associés au résultat final :


Enfin, pour la plupart des oeuvres qui illustrent le livre (240 pages dont l'écrasante majorité comporte des illustrations en couleurs !), les auteurs explicitent l'intention de l'auteur : c'est à la fois fascinant et assez utile dans la mesure où les artistes choisis sont contemporains et leurs oeuvres pas forcément faciles à "lire" dans un premier temps.


 Ce livre m'a vraiment permis de mesurer 2 choses :
-la plupart des techniques sont extrêmement pointues et leur pratique ne n'improvise pas : matériel couteux et/ou encombrant et/ou dangereux, étapes nombreuses et longues ... La gravure de gomme, qui était mon point de départ lors de l'entrée dans ce livre, reste vraiment une adaptation pour les néophytes de procédés artistiques complexes.
-quelle que soit la technique à laquelle on s'intéresse au départ (qui dépend des ressources à notre portée, de notre époque aussi), on s'aperçoit qu'il reste tout un univers d'expérimentation possible : la collagraphie en particulier est, dans son principe de base, un jeu de tâtonnement avec la matière, les formes, les couleurs ; susceptible de laisser s'exprimer la créativité de l'enfant comme de l'adulte. 

Cela me fait songer que, même si on peut rechercher une amélioration de la précision du geste dans notre pratique, la variété des gestes est intéressante en elle-même et il ne faut pas se sentir entravé dans la création sous prétexte que notre geste n'est pas techniquement parfait.

vendredi 11 août 2017

[Balade] Chatelaine attitude

Pour mon anniversaire d'entrée dans l'âge mûr (dirons-nous pudiquement), on dirait que j'ai eu des envies de luxe ; alors on a fait une petite tournée des châteaux, puisque la Bourgogne en regorge.

Voici d'abord ma petite page souvenir : un crobard (dessiné depuis ma table de resto, mise en couleur au retour) du château de La Clayette, des découpages du prospectus du 2e château visité (celui de Drée), et la carte de visite rigolote du resto ... le tout saupoudré des papillons semés dans le parc du château de Drée (restes des visites-jeux de piste pour enfants)


Et donc le même château que sur le dessin, mais en photo ...


Et puis quelques détails de la ville de La Clayette au détour des ruelles :




Et pour finir, "ma" visite de Drée pour faire envie !




niches dans le pigeonnier


sympa, la salle de bain en étain !


tellement kitschouille, la folie romantique !


spécial pour Chlouwy : le poulailler tout propret !



mardi 8 août 2017

une vie de tournesol

Dans le jardin, il n'y a pas beaucoup de fleurs cultivées (aucune, en fait !). On a déjà bien du mal à contenir ce qui pousse sauvagement, et à entretenir quelques plantes comestibles, alors on néglige tout à fait la plantation de fleurs. Mais cette année, c'est le fiston qui a préparé une plate-bande de tournesols.


Heureusement que la plante est imposante, car parmi les 20 poquets de graines semées, seules 4 tiges sont sorties ! Mais la surveillance ou contemplation de l'évolution des fleurs fut une activité à elle seule ... On a guetté l'apparition des boutons, on s'est étonnés des variations de couleurs selon la maturité des fleurs ....


On s'est réjouis de voir que les abeilles y trouvaient de quoi se nourrir, en attendant que les graines séchées nourrissent les oiseaux cet hiver.



Et puis on (je) les a peints !
D'abord un essai bien raté pour tenter une aquarelle des différents stades de la plante (seul le bouton me plait) :


Alors je suis revenue à un medium qui me trahit rarement : le crayon de couleur ! Pour être précise, les aplats jaunes et verts sont faits à l'aquarelle, puis très enrichis aux crayons.


Et cela m'a donc donné une série de cartes à envoyer pour les correspondances estivales ! C'était un exercice assez amusant que de refaire 3 fois la même chose, en voyant les infimes variations selon l'humidité du papier, selon la dynamique du coup de crayon ...


... et la carte orientée comme la fleur de départ !

vendredi 4 août 2017

correspondances estivales #3

Une nouvelle série d'envois, majoritairement à l'aquarelle, copiés ou très fortement inspirés (!) de choses vues sur le net (je n'ai pas prétention à l'originalité, c'est surtout une façon d'expérimenter pour voir comment faire pour obtenir tel ou tel effet). Entre autres du compte de Mamalaterre




La dernière carte n'est évidement pas une aquarelle mais une broderie sur papier. J'ai tracé mes lettres au crayon, poinçonné sur le tracé avec une pointe de compas, effacé les traits, puis je suis passé sur les lignes avec du fil à broder. Derrière, pas de noeud mais les bouts de fil sont scotchés.


La photo ci-dessus m'a servi là-bas, mais j'ai continué ensuite : feuille propre cousue derrière pour pouvoir écrire, petits "trucs" en relief patafixés sur les zones un peu trop vides de la carte. Vous reconnaissez les trucs ? Ce sont mes aimants tamponnés ! J'en avais fait un peu trop pour mon usage, donc là, ils ont trouvé une place et peuvent aller rejoindre aussi le frigo de la destinataire.



mardi 1 août 2017

les chaussons de Domi

Un troc nonchalant comme le rythme qu'on adopte en été, en écho à la molle pantoufle que voilà ... Domi a été bien patiente pour recevoir ses chaussons finalement un peu japonisants, même si tel n'était pas le but au départ.


Du coup, ces chaussons se marient, pour la photo, avec le joli tote bag brodé à l'époque par le Chat qui guette.


Les tissus sont anciens, ils m'ont été donnés.


Pour qui la prochaine paire ?!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...