mercredi 28 février 2018

livre doux pour Maïa

Je vous ai montré le cadeau cousu pour la maman, voici celui pour la fille !

Julie m'avait mis sur la piste de quelque chose à manipuler, et en fouillant le net à la recherche d'idées, je suis retombée sur mes précédents livres cousus, et j'ai eu envie de renouveler l'expérience, en veillant cette fois à avoir un livre accessible dès le plus jeune âge (rien à enlever et déplacer, juste des choses à tripoter ou mâchouiller sans risque !)


Je l'avoue, je suis partie d'un farfouillage en règle parmi les bidouilles résiduelles d'autres bricolages, afin de ne pas tout bâtir de A à Z : biais déjà prêts, fleurettes au crochet déjà finies, etc ... 
Ces petites choses sont ensuite associées à diverses chutes de tissus et matériaux aux touchers différents, et l'ensemble constitue une pseudo histoire pour la petite Maïa !


Les petites phrases sont brodées à la machine, mais selon le tissu support choisi, le rendu n'est pas toujours à la hauteur des espérances (ça tiraille et se déforme plus que je n'aurais voulu - mais broder à la main ... je ne vous en parle même pas !)

La première page, après la couverture, comporte donc un champignon dont le chapeau ...


... s'abaisse pour laisser voir la fin de la phrase, avec comme à l'extérieur, un morceau de galon frangé à toucher. Ce chapeau de champignon est en fait ... ce que j'ai prélevé sur cette jupe, qui ne me plaisait pas !
En face, les fleurs sont solidement cousues mais comportent quand même des parties en relief, sur un fond de velours à caresser !


Les glaces aux textures variées sont faites avec : cuir (turquoise), crochet (rouille), toile bulgomme (blanc) ; dans un cornet dont j'avais retravaillé le tissu en relief par des nervures il y a longtemps pour une dînette de tissu, et j'avais gardé les chutes (tout sert !!!).
Le poisson en plastique de couverture de cahier, baigne dans un aquarium fait de même, au milieu de "bulles" de paillettes. Du 100% lavable donc, bien que ça ne soit pas textile.


On peut secouer la page pour voir le poisson et les bulles se déplacer.


Les papillons sont cousus en origami de tissu, selon un tuto qu'on trouve facilement sur internet, et le soleil comporte un centre au crochet (pas fait par moi !) et des rayons de rubans qui peuvent permettre de glisser les petits doigts et de comparer les textures aussi.


Enfin, facile !, la page du mouton en fausse fourrure et feutrine. Tout est cousu même si quelques bords de tissu peuvent se soulever un peu.

Sur ces photos, vous voyez aussi des papillons en origami de papier, que j'ai joints à l'envoi pour décorer de ci de là la chambre de Maïa qui est dans les tons de jaune.


Voici un cadeau cousu 100% chutes et récup qui fut un pur plaisir à coudre, et qui semble avoir été bien apprécié par la destinataire !

dimanche 25 février 2018

sac à tarte pyramide patch

La vie virtuelle est pleine de surprises et de rebondissements ! A mes débuts sur internet il y a presque 10 ans, j'ai partagé beaucoup d'idées et de réalisations avec une petite communauté de couturières. Nous faisions nos premiers pas dans l'élaboration de nos garde-robes faites main. C'était drôle, il y avait des styles très variés, un peu enfantins et très personnels ; personne ne cherchait particulièrement à imiter la mode des magasins.

Entre autres, j'étais un peu en contact avec Julie alias Bérilune. Elle cousait et faisait de beaux bijoux. Nous avions alors fait un échange chaussons contre bijoux.

Puis nos routes virtuelles ont un peu bifurqué. Et il y a quelques temps, sur le nouveau réseau social Instagram, j'ai "rencontré" Julie alias 24h01. Elle bricole surtout en papier. Et du coup, il m'a bêtement fallu plusieurs semaines pour comprendre que c'était la même personne !!

Enfin bref, nous nous sommes amusées à faire un nouvel échange.

A venir, il y aura la réalisation faite pour sa petite fille tout juste sortie de l'oeuf.
Aujourd'hui je vous montre la surprise pour elle.


C'est donc un "sac à tarte" ou à tout autre plat (plus modulable que la forme déjà réalisée ici par exemple). Un grand carré mais muni de poignées astucieuses sur les coins : 2 petites boucles et une grande sangle à glisser dedans pour tout refermer facilement et transporter.


Pour m'amuser, j'ai créé le carré à partir d'un patchwork de chutes dans les tons de bleus/gris. Après avoir cousu les chutes de façon fantaisiste sur un carré de base en tissu que je n'aime pas, j'ai matelassé le tout, de façon un peu irrégulière. Puis, la doublure est coupée dans un ancien drap, neuf mais de seconde main.


Comme à chaque fois que j'ai pratiqué cette forme de patchwork peu conventionnel, j'ai adoré ça ! Mon tas de chutes n'a pas du tout baissé, mais je n'ai qu'une envie, c'est recommencer !


mardi 20 février 2018

greffes sauvages au jardin

Botaniquement parlant, je suis bien sûre que greffer un Sureau sur des Airelles, puis le résultat sur une Datura, ne doit donner rien de bon ! C'est même impossible, en fait !

Par contre, en couture, le résultat est LA tunique parfaite pour moi !



J'ai déjà cousu trois fois le haut Datura de Deer&Doe, dans sa version normale, c'est-à-dire sans manches : beige, verte et bleue à rayures. Dont deux fois en recyclant des chemises d'homme !

Pour l'hiver, j'aime bien porter des tuniques ou blouses en tissu chaîne et trame (plutôt que des tee-shirts) sous des vestes, mais je n'en ai pas tant que ça. Mais pour trouver la forme idéale, je trouve cela difficile ! La dernière cousue est jolie de par son tissu, mais est un peu informe.

Donc j'avais envie depuis longtemps de tenter d'adapter des manches sur le corps de Datura au buste si seyant à mon goût (cambrure un peu marquée mais ventre flou !)



J'ai vu chez d'autres couturières que divers types de manches de la même marque peuvent être greffées : j'aime la longueur des manches de la robe Sureau, mais pas les fronces de sa tête de manche. Alors pour le haut de la manche j'ai pris le dessin de la manche de la blouse Airelle. Je redoutais que des manches collées sur un buste pas dessiné pour cela provoque un inconfort, mais ce n'est pas le cas, je suis tout à fait bien dans cette tunique.

Quant au corps, je voulais la simplicité, et aussi l'adaptation à mon tissu, à savoir une ancienne chemise un peu indienne. Donc j'ai redessiné aussi le buste du haut Datura pour avoir un dos en une seule pièce (j'ai perdu un peu de la cambrure, mais très peu) et un devant de même.



La chemise d'origine avait une poche poitrine, comme souvent. Au décousage, elle a heureusement laissé très peu de traces, et je l'ai "recollée" sur le devant tout sobre !

Au moment de couper les manches (dans les anciennes manches) la patte de boutonnage empêchait d'avoir une manche aussi longue que voulu, alors je l'ai intégrée en partie dans la nouvelle manche. Cela donne une petite touche d'originalité sur la manche.



Le haut d'origine, sans manche, est fini par une doublure de tout l'empiècement du haut. Je n'ai pas fait ainsi, mais j'ai juste fini l'encolure d'un biais, magnifiquement PAS assorti au tissu (violet) ! J'aime bien piocher dans mon stock de biais fait maison pour ce genre d'usage, car ça m'amuse, et je suis la seule à le voir, l'intérieur du vêtement un peu foufou par rapport à ce qui se ferait normalement. Le biais ainsi fixé bloque le boutonnage du dos : je ne peux pas ouvrir totalement la partie dos (ce qui m'aurait été bien inutile de toutes façons).



Mes photos sont assez pitoyables mais sur le cintre, on se rend assez bien compte du résultat. Je suis très contente de ce petit basique qui ne m'a rien coûté (recyclage de tissu comme de patrons !) et est un test confirmant que ce patron traficoté peut me servir de support à l'avenir.



Résumé des infos techniques, peut-être utiles à quelqu'un un jour (!) :
-corps Datura, Deer&Doe, en taille 38 pour mon 38 du commerce
-devant et dos en une seule partie pour entrer dans les pièces de la chemise redécoupée (en taille 46)
-manches : tête de manche de Airelle / longueur de la manche de Sureau (Deer&Doe) + 5cm, tout cela en 38








vendredi 16 février 2018

18 piges

La plus grande nièce arrive à la majorité ! (boum, coup de vieux pour les zoncles et tantes !). Répondant à la question "que veux-tu pour ton anniv' ?" par des pistes un peu difficiles à suivre, mais qui permettait de cerner une jeune fille concernée par l'écologie et désireuse de décorer son nouvel appart d'étudiante ; j'ai opté pour une grande boite remplie de ... 18 cadeaux !! 
Des petites choses faites main ou de simples clins d'oeil à ses préoccupations du moment.
Et du coup, toute la famille a mis la main à la pâte !

vision d'ensemble : quel bazar !


Les 2 plus jeunes ont brodé chacun un morceau de tissu blanc (ça leur a coûté une bonne dose de patience malgré la simplicité de la chose !), que j'ai assemblés en forme de trousse. Un basique qui sert toujours !
Trousse accompagnée de 2 autres mini-présents : le savon artisanal et le baume à lèvre bio/naturel.


Au rayon gourmandise et/ou cuisine : une boite en inox de récup redécorée avec du masking tape abrite une tisane faite maison (tilleul, verveine, orange : des zestes séchés-broyés qui apportent un bon petit goût !) ; un bocal de verre décoré au posca contient des pâtes en couleurs, bios ; et une petite série de fiches recettes toute faciles et pas chères pour l'étudiante !


Pour décorer son appartement : une boule en origami faite par le grand fiston tout seul, et une guirlande cousue par moi...


... trois petites aquarelles, et trois phrases drôles ou qui font réfléchir en lettrage manuscrit bordées de masking tape.


Et enfin, des sacs à vrac (en "dentelle" de vieux rideaux pour les gros fruits et légumes, et des petits en tissu opaque pour les céréales ou petits fruits et légumes) et des tawashis. Et il s'est avéré que la destinataire avait justement le projet d'en fabriquer !

Et puis du chocolat, des livres (roman et tricot), de la musique sur clé USB préparée par son tonton-préféré ... !


Au final, on a obtenu un ensemble de cadeaux pas tous très glamour, mais qui disent le temps passé en pensant à elle, et le fait qu'on partage ses centres d'intérêt ! Le moment du déballage était d'ailleurs plutôt amusant : chaque petit paquet était fait d'une page de vieux cahier, avec un chiffre et une petite phrase-indice pour trouver le contenu. Les autres neveux trépignaient d'impatience en voyant les paquets restant dans la grosse boite !

mercredi 14 février 2018

artjournal 2018 #2


Voici donc quelques pages et la source d'inspiration quand il y en a une spécifique ...

découpage-collage + quelques traits de feutre blanc et vert
inspiration : challenge de dessin botanique, un peu dévoyé !

peinture acrylique, feutre posca (noir/blanc/marron), collage (ronds jaunes des citrons),
rajouts au crayon de couleur et feutre blanc sur le papier jaune.
J'aime cette page !
source : photo (pas moyen de retrouver la source initiale ...)

collage (images de livre jeunesse) et feutre posca blanc

feutres posca multicolores sur fond acrylique (préparé d'avance) ;
l'inspiration vous semblera lointaine, mais ce sont les oeuvres de cette artiste qui m'ont fait penser aux fond marins, d'où la thématique explorée via des photos issues de divers sites

feutre Sharpie noir sur fond acrylique, inspirée par ça

une récréation colorée à motifs avec aquarelles et feutres fins Micron
 sans oublier le ruban de masquage au départ

mandalas aux feutres Micron Pigma de diverses tailles

un truc un peu bof (mais le jeu, c'est de montrer quand c'est bof aussi !) aux feutres d'enfant
et feutres fins Micron

collage de papiers et tissu, gouache sur acrylique
puis feutres et stylos divers ...
Le point de départ (inretrouvable) était juste l'idée de jouer avec un collage de papiers autour d'une même couleur, mais j'ai dérivé en faisant juste un cadre (et pas toute la page), puis en remplissant le centre d'un jeu avec quelques vers d'un poème de Lorca.

dimanche 11 février 2018

pantouflage en série

Non non, vous ne rêvez pas, c'est bien un rayon de soleil qu'on voit sur ces photos. Et ne cherchez pas, j'ai capturé le dernier.


C'est d'ailleurs sans doute la chose la plus intéressante relative à ces photos, vu que les chaussons, quant à eux, ont un furieux air de réchauffé (et pas seulement à cause du soleil) : modèles déjà cousus, tissus plus ou moins récup pas inoubliables.


On a donc la paire du fiston en 44-45 (et il parait même que c'est trop petit) : mules A du livre My own hand-made room shoes. Cousue dans une ancienne jupette en velours de mon adolescence (jolie mais euh, elle a dû rétrécir, je ne vois que ça pour expliquer que je ne rentre plus dedans...) et chute de toile provençale de brocante.


Et la paire du mari, dans des fins de coupons aussi, modèle charentaises Mason de la marque I Think Sew.

Voilà donc les bô ouvrages cousus dernièrement, au milieu d'une longue période d'infidélité à ma machine ! Les vacances sont là, peut-être m'y remettrai-je ?!

jeudi 1 février 2018

défi gravure janvier-février 2018


Le défi gravure reprend du service !
Mais cette année, on change les règles :
-un tampon tous les 2 mois
-une proposition de thème sous forme de citation, libre interprétation à chacun
-une réalisation au choix avec ce tampon


La première citation nous plonge dans l'hiver, et malheureusement, la météo n'est pas tellement raccord cette année : on a plus de boue que de neige dans le paysage !
Malgré tout, je me suis laissée porter par les mots qui résonnaient le plus pour moi, c'est à dire "magie". J'ai commencé à imaginer vaguement un paysage de conte, féérique ... avec une végétation fantastique ... Je suis tombée ensuite sur une image de sapin de Noël en arabesques, que j'ai décliné pour le graver en négatif plutôt qu'en positif (pas envie de faire quelque chose de trop difficile pour moi !)


Et puis j'ai utilisé mon tampon pour décorer une page de mon "artjournal", à base de collage, peinture, encre, feutre ...


Ma page ne met pas tellement le tampon en valeur, mais j'aime bien l'harmonie générale, et je trouverai certainement d'autres usages à ce tampon pas trop typé.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...