lundi 7 novembre 2016

gravure sur gomme : le matériel

On m'a demandé ce que j'utilisais comme matériel alors voici.
Je pense qu'il existe nombre d'articles sur le sujet, sur internet, qui sont plus précis, plus complets, plus "pro" ... mais qui sait, peut-être de futurs amateurs trouveront quelques infos à glaner ici, et compléteront ailleurs. Je n'ai nulle ambition, je vous mets juste mes retours d'expérience.

Petit aperçu rapide de quelques éléments nécessaires ...


Pour graver, j'ai donc en vrac (ci-dessus) :
- le matériel pour tracer les motifs : calque (ou pas !) et crayon à papier
- les instruments de coupe : gouges, cutter de précision
- le support de la coupe : pour moi une petite plaque de découpe autocicatrisante
- les encreurs pour imprimer
- le chiffon : super utile pour nettoyer les tampons après encrage et ne pas trop salir la surface de travail !


Reprenons maintenant dans l'ordre et en détails !

La première étape : dessiner les motifs sur la plaque à graver.

Il faut donc de la gomme à graver.
Et c'est là que ça se complique.
Quand on vit à Trou-sur-bled comme moi, inutile de chercher même dans la "grande surface de loisirs créatifs" du coin, il n'y a RIEN. Mais vraiment rien. Autant aller au supermarché et acheter des gommes d'écolier. J'ai essayé : le support fonctionne, mais le rapport surface-prix n'est pas des meilleurs, et la surface justement est des plus limitées.
Ci-dessous, vous voyez 2 tampons taillés dans de la gomme d'écolier : les cupcakes et la grue origami. La gomme des cupcakes est une gomme blanche basique bien compacte, elle fait bien l'affaire. L'autre est une gomme blanche apparemment de meilleure qualité (pour ce qui est du gommage : c'est une de ces gommes qui font d'assez grosses pelures et laissent sous le doigt des fines particules de matière quand on les frotte entre les doigts) mais en réalité elle est bien plus friable donc le tampon, même s'il est facile à graver, n'est pas très solide surtout pour les parties fines.


Viennent ensuite les matériaux trouvés, pour ne pas citer de nom, chez Rougier & Plé (les 2 premiers en partant de la gauche, en haut de la photo ci-dessus). Etant totalement novice et ignare, j'ai pris un morceau de chaque matériau proposé.
Le premier (Mastercut de la marque Essdee), petit carré blanc de 10x10cm, de 4mm d'épaisseur, a une consistance proche de la gomme d'écolier légèrement friable. J'ai fait dedans les 2 petites maisons. Elle est assez facile à graver, s'encre bien. Malgré tout, comme elle n'est pas extrêmement épaisse, on peut vite se retrouver à la traverser ! Et puis, elle n'est pas très solide dans les zones fines ; j'en ai fait l'expérience récemment, je vous montrerai.
Elle existe en d'autres tailles, mais pour la taille 10x10cm, les 2 carrés coûtent 5€.

Ensuite, il y a la plaque de matériau non identifié, qui se veut entre la gomme et le lino, je crois (épaisseur de 2 ou 3 mm je pense). Pas cher : 8€ la plaque de 20x30cm. Se grave assez facilement à la gouge, mais il y a plusieurs points noirs : dessiner dessus est assez difficile car la surface est un peu "vernie", le crayon tient mal. Et puis l'encrage n'est pas facile pour 2 raisons, la plaque est très fine donc il faut la coller sur un support si on veut la manipuler sans se mettre de l'encre partout et puis la fameuse surface vernie ne prend pas très bien toutes les encres. Enfin, lorsqu'on veut faire de petits détails au cutter, c'est plus difficile que sur de la vraie gomme qui se coupe net : celle-ci a tendance à être élastique.
Cela dit, même si je ne la recommande pas en tant que telle, j'apprécie d'avoir fait mes armes sur un support pas trop cher qui, même s'il m'a parfois trahi, ne me donne pas le regret d'avoir gâché du beau matériau !

Finissons avec le support bleu : la gomme Factis que m'a fournie Chloé. Je crois que c'est cette référence-là mais la couleur change ... bref, je ne sais pas trop ! Ce qui est sûr, c'est que ça n'est pas très avantageux d'acheter à distance, snif ... Enfin, pour en revenir à la gravure, celle-ci est la plus agréable que j'aie testé pour l'instant, mais j'ai lu sur des blogs de graveuses qu'il y avait encore de meilleures gommes en provenance du Japon (mais prévoyez d'y laisser un bras ...)

Maintenant qu'on a le support, on dessine dessus son motif ; à main levée 99% du temps pour moi, ou au calque si on veut reproduire un motif précis (je déteste ça !). Même si le motif est notre création, comme on ne pourra pas gommer sur la gomme, il faut que le trait soit directement le bon !
On dessine donc au crayon à papier un peu gras, mais bien taillé si on veut des traits fins. Ce n'est pas toujours ce que je fais ... hum !


La deuxième étape : graver.

Pas de mystère, il faut des trucs coupants et précis. Chloé m'a montré comment utiliser le cutter, c'est vrai que c'est très précis dans les zones "pleines de traits" !
Et puis, ça permet dans mon cas de compenser le manque d'une gouge vraiment fine.



La gouge, justement, parlons-en.
Ne sachant pas du tout comment j'utiliserais cela, j'ai choisi d'acheter, toujours chez Rougier & Plé, le manche et le kit de 10 embouts interchangeables (soit un investissement de 13€ environ). En réalité, et même si je n'ai guère eu le choix dans le magasin car les autres gouges de linogravure étaient énormes, je n'utilise que la plus petite gouge en V du kit ! Les autres sont soit trop grosses, soit mal aiguisées ; bref, pas du tout pratiques pour graver de petits tampons.
La meilleurs référence de petite gouge disponible sur le net semble celle-ci (gouge en V 1mm), mais je n'ai pas encore investi ... et d'ailleurs, l'idéal serait la même en 0,5mm ... encore plus fine !

Pour l'instant, je pense que ce que j'ai est suffisant dans le sens où c'est avant tout mon geste qui doit s'affiner, je dois continuer à pratiquer pour progresser. La fameuse gouge plus fine pourrait ne pas être miraculeuse puisque de toutes façons je n'ai pas encore beaucoup d'expérience !


La troisième étape : encrer et imprimer

Comme vous le voyez sur la photo, j'ai un peu de tout au rayon encreurs style scrapbooking. 

Le plus gros (marque Stampin'up) m'a été offert, donc je ne sais pas le prix ni où ça se trouve, mais je recommande chaudement ! Je l'ai depuis plusieurs années et il ne sèche pas ni ne bave : sa surface est comme une toile qui à vue d'oeil semble peu imbibée, mais elle encre bien. La large surface est aussi pratique pour les plus gros tampons.


L'encreur Vivid est pas mal, la mousse est plus imbibée mais sans bavure non plus. Elle vieillit bien.

Par contre, j'ai acheté ensuite les petits encreurs Izink et Aladine au fil des besoins (et aussi sous forme d'une boite de plusieurs couleurs) mais la qualité est assez irrégulière au sein d'une même marque : certains sont déjà presque secs alors qu'ils n'ont que quelques mois, certains sont baveux (les gros Izink, alors que les petits non !), certaines couleurs sont bien vives (le rose barbie Izink) alors que d'autres sont très pâlichonnes (orange, verts Izink).
Leur petite taille fait qu'ils ne sont pas chers, c'est bien si on veut une couleur pour un projet précis, mais il faut tamponner plusieurs fois le tampon dès que celui-ci est un peu gros, du coup l'encrage peut ne pas être régulier.

Et enfin, l'encreur blanc Colorbox : peu servi encore, l'encre donne une couleur bien franche sur papier noir. Revers de la médaille, je le trouve assez baveux. Cela s'atténuera au fil du temps et des usages sans doute.

Tous les encreurs sont à conserver tête en bas pour que la mousse reste imbibée (astuce lue ailleurs).

Et pour finir, je mentionne aussi une autre source de couleur que j'ai utilisée : la peinture pour tissu, déposée en couche fine au pinceau sur mon tampon. Je ne pense pas investir dans des encreurs pour tissu pour l'instant, car la peinture m'a donné satisfaction et cela évite de multiplier le bazar créatif ! Sans compter que je trouve les encreurs bien plus périssables que les flacons de peinture.

Quant au support papier, mis à part les papiers glacés qui prennent mal l'encre, j'ai essayé un peu de tout, en bonne adepte de la récup ! Les effets sont variables (encrage net ou plus approximatif) mais personnellement je ne me formalise pas du côté irrégulier de la chose ; car si on veut des traits impeccables, il faut acheter des trucs tout faits !!



Et voilà pour cet article fort indigeste et peut-être pas très utile ... Voici d'autres articles sur le matériel et les premiers gestes :
-la présentation du matériel de Chloé
-son tuto pour graver ses premiers tampons
-une idée de motif pour débuter (chez Chloé encore)
-les encres pour papier par la Fabutineuse
-les encres pour tissu par la Fabutineuse


4 commentaires:

  1. Très bien cet article, je pense qu'il est tout à fait utile de trouver ce genre de d'articles sur plusieurs blogs, histoire de toucher beaucoup de monde et d'éviter que les personnes intéressées cherchent pendant des heures. Ca été mon cas avant de me lancer! Bravo pour cet article!

    RépondreSupprimer
  2. Ben dis donc, y a du boulot quand même! Je sais pas si j,aurais un jour le cours de de faire ça même si c'est drôlement tentant quand on voit ce que tu fais.
    D'ailleurs j'ai une question sur tes jolis mots décorés avec les posca. Quelle type de pointe utilises tu et fais tu qqch pour fixer la peinture (si les pots restent sous la pluie, ca craint?). J'ai une tripotée de pots qui attendent leur heure de gloire....

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    Intéressant ton article, j'ai ramené du japon un petit kit avec 3 gouges, une plaque et 3 encreurs mais pas encore testé.
    tu peux trouver les encres stampin up , soit en réunion ( style tupperware ), ou sur le net. Mais il est vrai que les anciens encreurs ne nécessitaient pas de remplissage , ce qui n'est plus le cas.
    caroline

    RépondreSupprimer

les petits mots sont toujours lus avec plaisir, et si vous laissez une adresse mail ou l'url de votre blog, c'est encore plus pratique !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...