mercredi 7 octobre 2015

ma cousine (ou moi ??)

J'en parlais ici, et  ; j'avais une série de costumes à faire. Voici donc le mien. J'hésitais entre plusieurs idées, mais j'ai gardé celle qui correspondait le mieux à l'état de mes stocks de tissus (autrement dit, n'avoir rien à acheter était la contrainte première). Pas sûre que cette idée soit la plus flatteuse - mais je vous laisse juger !


Je me suis bien amusée avec ce costume, et ce fut bien gratifiant vu que le patron, déjà utilisé pour cette robe, ne posait du coup pas de problème majeur. J'ai même pu modifier facilement les découpes et plis prévus pour correspondre au jeu des couleurs du buste.


Comme il s'agit d'un patron japonais (robe du livre Couture Nature), le résultat est très ample, mais moyennant un ruban cousu au dos, l'ensemble s'ajuste facilement. La partie jupe est un grand rectangle froncé, doublé de doublure blanche (pas visible) pour donner un peu de gonflant. Et par-dessus le tout, un autre rectangle de doublure blanche pour représenter le tablier - bien que celui-ci ne soit donc pas amovible.

Et la coiffe ... ah, parlons-en ! J'ai eu, comme on dit, un bon moment de solitude en imaginant comment j'allais passer du dessin (peu précis, si vous avez en tête en gros à quoi ressemble Demoiselle Bécassine) à la réalité ?!
Mais heureusement, j'avais dans mon stock (je me bénis de tout garder, même le plus improbable des tissus) un bout de truc "souple comme un verre de lampe" (dixit un collègue, hahaha), idéal donc pour cet usage : il a suffit d'un long rectangle et d'une forme d'ovale pour l'arrière, sans même amidonner, pour imiter assez bien une coiffe bretonne (oui, OK, vu de loin, et dans le brouillard, diront les vrais Bretons ...) 


Un bout de vieux ruban cousu très à l'arrache pour maintenir le tout sur la tête même en cas de vent ... et l'illusion était là.


Revenons en détail sur la robe : ajustée sans pinces poitrine grâce au jeu des découpes entre couleurs. Je pense réutiliser cette base de corsage d'autres fois, car un plastron contrastant me tente bien à nouveau, sur une fringue portable réellement, évidemment ...


Le tissu vert n'est pas UN tissu mais en réalité : TROIS ! On m'avait donné des restes de divers tissus, et ô chance, il y en avait 3 différents (une grosse toile, un voile de coton, et un lin) qui s'accordaient quasiment. On voit très légèrement la différence de teinte entre le buste et les manches.



Zéro achat de tissu, zéro achat de patron, et un costume unique (contrairement aux Schtroumpfettes et autres Lucky Luke qui furent légion !)


13 commentaires:

  1. Quand j'ai vu que c'était toi dans la galerie T&N, j'étais mdrrrrr. Mais c'est vraiment génial ! (Bien que Bécassine ne soit pas appréciée en Bretagne... ��)

    RépondreSupprimer
  2. c'est un super déguisement!! sans aucune dépense! bien joué!

    RépondreSupprimer
  3. Trop fort ce déguisement! Et en + il ne t'as rien coûté!? Chapeau!

    RépondreSupprimer
  4. Excellent! C'est très convaincant et la coiffe est vraiment top.

    RépondreSupprimer
  5. Il fallait oser tenter ce défi... et tu as réussi !
    Ton entourage a dû être ravi de pouvoir te traiter de bécassine toute une soirée ;)

    RépondreSupprimer
  6. Extra ! Je salue en plus le travail de récup'. Chapeau !

    RépondreSupprimer
  7. Alors ça !... Je ne sais pas si ma fille savait que Bécassine est vraiment mon personnage mythique (souvenirs d'enfance), mais je suis bluffée par ce choix, que j'ignorais, et par le résultat. Bravo !

    La maman de Bécassine

    RépondreSupprimer
  8. Félicitation, pour cette récup' impeccable !

    RépondreSupprimer
  9. Hihi, tout est là, il ne manque plus qu'un petit nez rond !

    RépondreSupprimer
  10. terrible ! t'as assuré, bravo bravo !

    RépondreSupprimer

les petits mots sont toujours lus avec plaisir, et si vous laissez une adresse mail ou l'url de votre blog, c'est encore plus pratique !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...